Où l'on parle d'Olivier Roellinger pour finir sur les gnocchis...

Publié le par LOLITA



Tourisme, Jumelage et paysage, de Cancale aux Saisies…




            Tout d'abord cette petite note pour vous annoncer la fin d'une aventure, et le début d'une autre ! L’actualité culinaire m’intéressant fortement, je vous annonce officiellement que le relais gourmand d'Olivier Roellinger ferme ces portes...Cancale perd une institution et la France une de ces meilleures tables.

             J’en parle d’autant plus que nous avons eu la chance et l’opportunité de gouter cette cuisine en mai dernier en fêtant nos 5 ans de mariage (déjà ?) et que j’en garde un souvenir merveilleux. Si M. Roellinger a fermé son ‘gastronomique’ il possède toujours son ‘bistronomique’. Et puis, on pourra toujours se rendre à Cancale pour les merveilleuses huitres cancalaises à déguster sur le port, pour la balade magnifique sur le chemin des douaniers et si un petit extra vous est autorisé pour la magnifique chambre des Rimains situés face au rocher du même nom : on y domine la baie du Mont Saint Michel et les parcs à huitres, c’est un endroit majestueux. 

Allez un petit coup de gueule !

 

             Malgré tout, ne nous laissons pas abattre : le bonhomme part  pour mieux se retrouver et courir le monde avec sa femme à la recherche de saveurs oubliées, perdues, nouvelles, que sais-je ? De quoi nous faire rêver...J’attends de nouvelles épices et de nouveaux mélanges. J’avoue que je comprends la démarche et que je le soutiens : La cuisine ‘compétition’ ne me plait pas et dès lors que l’hospitalité d’une table est basée sur des contraintes fortes liées des critères extérieurs en gommant la personnalité du chef, il me semble que cela tourne à la caricature, à l’entourloupe. Nombreux sont les cuisiniers qui s’endettent très fortement pour rentrer dans des critères qui finalement, ne sont pas essentiels, voire gomment la vérité d’une âme. Or la cuisine comme reflet de l’âme, ça me va bien comme conclusion.

            Alors, Messieurs du Michelin : Lâchez prises ! Faites preuve  d’ouverture ! Laissez nous découvrir les hommes et leur cuisine dans leur jus ! (si je puis dire !)   Et vous monsieur Roellinger, bon vent ! Je suis sûre que votre retour au port dans quelques mois sera chargé de merveilles et de surprises que j’attends avec impatience.

           Cela me fait penser qu’il y a quelques temps j’ai découvert que Cancale était jumelé avec mon village de cœur,Hauteluce commune de mon beaufortain adoré. Deux lieux uniques si différents de part leur géographie et leur paysage mais grandioses à tel point que j’ai le souffle coupé quand j’arrive chez l’un … ou chez l’autre… l’air humide des sapins et des vaches contre l’air marin ? Bon, allez, je tranche…vive la montagne !

         De fil en aiguille vous en déduirez que la recette du jour sera de saison et savoyarde....(hum je m'en sors bien cette fois !!) Et que je pense qu’elle inspirerait M. Roellinger qui s’est toujours appuyé sur le savoir faire régional pour créer ces recettes.



Donc il s'agit d'un plat d'origine montagnarde que je gratine au four..


Gnocchis de courges et  pommes de terre gratinés à la tomme régionale…



- 300 Gr de pomme de terre


- 400 gr de courge (butternut, potimarron...)


- 400 gr de farine de blé (ou mixte avec de la farine de chataigne ?, mais je n'en avais pas…)


- sel, poivre, muscade, une tête d’ail


- 2 œufs


- 1/2 sachet de levure de boulangerie.







Le pitch :

1/ Cuire à la vapeur courge et pommes de terre en gros morceaux.
2/ Ecrasez à la fourchette l'ensemble en mélangeant bien
3/ Ajoutez la farine et la levure ensemble, les œufs entiers, puis assaisonnez avec soin : assez de sel et de poivre surtout : la pâte doit posséder une consistance solide à vous de faire varier les quantités de farine selon votre type de courge...
4/ Façonnez à la main de petites boules de pâtes d'un centimètre de diamètre maximum et farinez les une par une.
5/ Laissez poser un petit quart d'heure le temps de faire bouillir un grand volume d'eau salée avec une cuillère à soupe d'huile d'olive dedans.
6/ Faire bouillir les gnocchis pendant 20 minutes.
7/ Egoutter puis mettre dans un grand plat au four avec de belles lamelles de tomme par dessus et passez deux tours de moulins à poivre par dessus.
8/ Une fois bien gratiné... servir avec une sympathique salade..

Je vous souhaite bonne dégustation.

 

Commenter cet article

amareti 19/06/2009 09:51

Coucou !
Je ne comprends pas mais je ne ne retrouve pas ton adresse mail... alors je passe par ici !
Je cueille en moyenne 5 concombres par jour, et les courgettes arrivent aussi en nombre. J'ai trouvé qq recettes aigre-douces pour les conserver (toutes différents, je ne sais laquelle choisir)... As-tu des recettes ou conseils à me donner ? Je suis preneuse car cette année le potager est luxuriant ! On donne mais je veux faire quelques stocks également.
Merci d'avance et gros bizzzous à vous presque 3 !

Alfano 25/11/2008 17:40

Salut ! Alors je cherche une recette mêlant bette et citron et c'est sur toi que je tombe en premier c'est dingue !
Bise

Amareti 15/11/2008 20:21

Merci !
Ça semble succulent et plus simple que ce que je me l'imaginais...
Je vais m'y mettre alors et régaler mes Zhoms !